blog écriture

Pourquoi j'ai décidé d'écrire ce blog ? Je vous raconte mon parcours et mes motivations pour en arriver à devenir blogueuse. Un long cheminement intérieur avant de me lancer.

Cet article a été réalisé dans le cadre d'un événement inter blogueurs (aussi appelé "carnaval d'articles").Cet événement consistait, pour chacun des blogueurs participants, à écrire un article de 500 mots minimum sur le thème "les 3 déclics pour changer de vie".

Je me suis donc prêtée au jeu de vous raconter les 3 principaux déclics qui ont marqué ma vie, et m'ont menée jusqu'au lancement de mon blog d'écriture, Ficelles d'auteur :


1er déclic : la naissance de mon premier enfant

Se sentir investi(e) d'une mission importante et risquée

Pour commencer, la naissance de mon premier enfant m'a appris énormément de choses sur moi-même, mais aussi sur la vie en général. En effet, j'ai découvert une forme d'amour que je ne connaissais pas : l'amour inconditionnel, le seul dont on sait avec certitude qu'il durera jusqu'à la fin. Soudain, j'avais la responsabilité d'une autre personne que moi-même entre les mains, sa vie et son bonheur dépendaient de moi. Or, c'était presque effrayant au départ (la pression !!), mais, au fur et à mesure du temps, cela m'a donné une force intérieure inébranlable. Je me suis en effet rendue compte que j'étais capable de soulever des montagnes, de me battre. 

Apprendre à relativiser et à s'affirmer

Les petits problèmes de ma vie de célibataire d'avant sont devenus alors insignifiants. D'ailleurs, j'ai arrêté de me prendre la tête pour rien. Ben oui, quand on a changé des couches et nettoyé du vomis, on n'est plus à ça près ! En fait, c'est comme si j'étais devenue une version améliorée de moi-même pour subvenir à ses besoins et lui transmettre de bonnes valeurs. Mais aussi, c'est grâce à mon fils que je me suis affirmée en tant que femme, car il m'a appris à dire "non" et à me faire respecter. Or, ce n'était pas uniquement par rapport à lui, car cela m'a servi dans la vie quotidienne également. Et oui, j'ai aussi compris où étaient mes propres limites 🙂

2ème déclic : Le blues de la trentaine

bilan de soi

Faire un bilan de sa vie

Puis, le passage de mes 30 ans a marqué un tournant dans ma vie. D'ailleurs, j'ai fait une sorte de bilan personnel sur moi-même. Or, c'est comme si le temps s'était accéléré. J'ai repensé alors aux personnes de ma famille qui n'étaient plus de ce monde; ça me semblait tellement loin... Clairement, 30 ans, c'est jeune, mais à ce moment, j'ai pris un gros coup de vieux (et maintenant, bientôt les 40, aïe !). Car j'ai réalisé que je pouvais mourir demain, or, je n'avais pas accompli la moitié des rêves que j'avais. D'ailleurs, certains dataient de l'enfance. 

Se recentrer sur l'essentiel : ses passions, ses rêves, ses proches

Alors, je me suis décidée avant qu'il ne soit trop tard : je rêvais de chanter un jour sur scène. J'ai donc pris des cours du soir, dans une école de chant à Paris... et je l'ai fait. Pendant trois ans. Je chantais en live sur scène avec des musiciens. J'ai même commencé la guitare. Cela a été une expérience riche en émotions. D'ailleurs, lors d'un concert, mon fils est venu me voir; j'ai vu la fierté dans ses yeux, ça n'avait pas de prix. "Faire des choses aussi pour moi" ne faisait pas de moi une mauvaise mère, mais une personne heureuse. Ca l'a rendu heureux, lui aussi. Finalement, les valeurs que l'on veut transmettre ont plus d'impact avec des actes. Je lui ai montré que le bonheur, c'est de faire des choses qu'on aime et de les partager avec les bonnes personnes.


Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Guide gratuit à télécharger

 *En soumettant votre adresse email, vous reconnaissez avoir lu et accepté la politique de confidentialité, où figure le RGPD, relatif aux données personnelles, en bas de cette page. 


3ème déclic, J-1 an avant mon blog : Le chaos de ma vie professionnelle

reconversion professionnelle blogueuse

Analyser ses échecs

"Tout ça pour ça ?!!" A presque 40 ans, j'ai fait le désagréable constat d'avoir toujours stagné dans ma vie professionnelle. Or, pendant des années, je me suis pourtant donnée à 100% en entreprise. Mais ce n'était jamais suffisant, ni pour un merci, ni pour une augmentation ou évolution professionnelle... Avez-vous déjà ressenti ce sentiment profond d'injustice de n'être jamais gratifié(e), car vous n'étiez pas "dans les petits papiers" ? Ce n'était pas faute de gérer les urgences, sans limites de tâches rébarbatives et interruptions inopinées (j'étais secrétaire), un stress permanent... Comble de tout, je rentrais tard chez moi. J'y laissais ma santé, et en plus, j'avais l'impression de ne jamais voir mes enfants. Tous ces sacrifices pour avoir juste de quoi économiser pour partir en vacances en famille une fois par an. Alors, le salariat a eu raison de ma motivation.

Se construire sa réussite : vivre de sa passion

Alors j'ai décidé de profiter de mon chômage pour tenter ma reconversion professionnelle : devenir blogueuse. Puisque j'ai toujours été une artiste (surtout le chant et l'écriture), c'est donc ma manière de me donner ma propre chance de réussir dans ce que je sais faire. En effet, j'ai réalisé que personne ne me la donnerait si je n'allais pas la chercher. J'avais aussi envie d'utiliser et faire évoluer mes vraies compétences, d'être indépendante, organisée. Et surtout, ce blog, c'est partager ma passion pour l'écriture avec des personnes qui me ressemblent. Ou, du moins, qui comprennent ce que je fais, pour me sentir fière de mon travail. Vous comprenez, n'est-ce pas ? 😉

A ce sujet, si vous êtes artiste, et avez tendance à douter de la valeur de votre art, ou de votre légitimité, je vous invite à découvrir mon article pour "vivre de sa passion".


confiance en soi

Du salariat au blog : en conclusion

Le chemin pour prendre confiance en soi est donc long.

D'ailleurs, au début, on se cherche. Puis, plus le temps passe, plus on se trouve. Finalement, on ne vieillit pas, on mûrit. On ne s'enlaidit pas, on se débarrasse du superflu, pour gagner en sagesse (oh c'est beau, je suis impressionnée par ce que j'écris !!!)

Ben oui, il faut bien se lancer des fleurs un peu, sinon, qui le fera ? 🙂

Quoiqu'il en soit, la vie nous apprend à savoir qui on est vraiment, à connaître ses valeurs : ce qu'on veut (ex : bloguer sur un sujet qui nous passionne) ou ce qu'on ne veut pas (ex : trimer dans un travail alimentaire). Il nous reste encore beaucoup de déclics à avoir, et heureusement, car la vie est pleine de surprises.

Et vous, qu'est-ce qui vous a incité(e) à vous lancer dans l'écriture ou le blogging ?