chemin-artiste-pour-vivre-de-sa-passion

Vivre de sa passion en étant artiste ? Voici un article qui aborde la question de la place des artistes en France, leur difficulté à faire valoir leur art comme un vrai métier (qui rapporte !). Et pourquoi il est important de le revendiquer.

C'est parti pour ce sujet, qui me tient vraiment à coeur.

L'art a toujours existé, sous différentes formes, depuis toujours. Et il en sera toujours ainsi, tant qu'il y aura des personnes pour exprimer une émotion à travers une création et d'autres pour en apprécier la valeur. Un marché qui produit plusieurs millions d'euros de chiffre d'affaire chaque année, rien qu'en France, tous arts confondus.

Je vous invite d'ailleurs à consulter les chiffres officiels en fin d'article.

Et pourtant, malgré ces chiffres, on voudrait nous faire croire que ce n'est pas un vrai métier et qu'on ne peut pas vivre de sa passion ? Et si je vous disais qu'il ne tient qu'à vous de faire ce choix ?

Peut-on vivre de sa passion quand on est artiste ?

Mais d'abord, comment savoir si on est un(e) artiste ?

devenir-un-artiste

Nul besoin de vivre de son art pour être considéré comme un artiste. A l'inverse, un bon technicien peut très bien gagner sa vie, dans un secteur artistique, sans pour autant être un artiste. La technique et la création sont deux choses différentes. La technique est indispensable à la création, mais non l'inverse.

En fait, ce qui définit surtout un artiste, c'est sa capacité à être plus ouvert sur ses émotions que la moyenne des gens. C'est pour cela qu'il parvient à créer, car il est comme une éponge, qui s'imprègne de tout ce qui se trouve autour de lui. On ne devient pas artiste avec la pratique, on naît artiste. En tous cas, c'est ce que je crois. Un artiste a une vision du monde particulière, qu'il retransmet avec sa propre sensibilité. C'est le moteur qui le pousse à créer, tout au long de sa vie. Il est habité, en quelque sorte, et souvent perçu par les personnes plus rationnelles (la majorité des gens), comme un être différent, à part, voire carrément "perché".

Il est difficile pour un artiste de se passer de son art. C'est son domaine de prédilection, et il évolue souvent avec facilité dans d'autres arts au cours de sa vie. En effet, il sait transmettre l'émotion qu'il ressent comme personne. Il n'y a qu'à voir John Travolta, Patrick Swayze, Lady Gaga... à la fois de bons acteurs, chanteurs et danseurs.

Aussi, si vous vous reconnaissez dans ce portrait, n'ayez plus peur d'être un(e) artiste, et d'exprimer vos émotions lorsque vous écrivez. Plus que la technique, c'est cette différence de perception du monde qui vous donne votre capacité à créer, et qui rendra vos récits uniques !

Les 3 raisons qui empêchent un artiste de vivre de sa passion

La difficulté de formation au métier d'artiste

vivre-de-sa-passion

Les artistes manquent cruellement de temps pour se former dans leur art, car ils font souvent un métier alimentaire à côté, qui leur accapare tout ce temps. De ce fait, leur passion est reléguée sur leur temps de loisir, les soirs et week end. A partir de là, l'amalgame est vite fait de la considérer comme un loisir plutôt qu'un métier. Par ailleurs, les artistes doivent aussi financer leur propre matériel et formation. "Ben oui quoi, vous demandez une formation d'écriture, pas une formation certifiante sur les techniques de vente ? LOL." L'évolution est donc plus lente qu'elle ne l'est pour un salarié. Ce dernier a, en effet, la chance de développer ses compétences dans le cadre de son travail, puisqu'elles sont en rapport avec les valeurs de l'entreprise.

D'autre part, puisque les artistes sont souvent autodidactes, et se sont formés tout seuls (ou presque), ils ont rarement un diplôme ou une expérience en entreprise pour prouver leur niveau. Et ce, même s'ils ont des années de technique et/ou de pratique derrière eux. Du coup, si vous êtes un(e) artiste, votre passion finit souvent par être notée en bas de votre CV, dans la rubrique "divers". Alors que c'est votre principale compétence et motivation, et qu'elle devrait, à ce titre, figurer plutôt en premier sur votre CV ! Tout ça pour un bout de papier que vous n'avez pas...

Ca me rappelle un bilan de compétences que j'avais fait il y a quelques années. Le conseiller m'a regardée, en me disant "mais en fait, ce que vous faites dans votre vie privée, ce sont vos vraies compétences. Pourquoi ne pas en faire votre métier ?"

Très bonne question...

Le manque de reconnaissance du statut d'artiste pour vivre de sa passion

artiste-vivre-de-sa-passion

Le gros problème des artistes, en France, c'est qu'ils subissent une constante pression familiale ou sociale.


"L'art, ce n'est pas un métier mais un loisir" => Vas bosser, fainéant(e) !

"C'est bien beau de rêver, mais ce n'est pas ce qui va payer tes factures" => Trouve-toi un VRAI métier !

"Attention, il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus" => ah parce que tu penses avoir du talent ? C'est mignon !


Ils ne comprennent pas que derrière leurs bonnes intentions, il s'agit d'un jugement de valeur. C'est dans notre nature d'être un(e) artiste : il ne suffit pas d'appuyer sur un bouton pour le changer. Pourquoi devrait-on se conformer à une norme unique, LEUR norme ? 

Et d'autre part, pour les artistes, l'art, c'est du sérieux, pas simplement une lubie ! Nos compétences ne sont pas moins utiles, ni plus faciles que celles des autres.

Gardez cela en tête quand vous écrivez : tout le monde n'est pas capable de faire ce que vous faites, loin de là. Ils ne savent pas de quoi ils parlent.

Vous, vous savez ce que ça implique. Vous savez que ce n'est pas parce qu'on sait chantonner au karaoké entre amis, qu'on est capable de chanter en live avec des musiciens, seul(e) face à un public ! Que ce n'est pas parce que plein d'étudiants "grattouillent" quelques notes de guitare, que tous savent en jouer réellement. Qu'on n'écrit pas non plus un roman de 300 pages en quelques semaines, surtout sans avoir la moindre technique. L'apprentissage d'une technique, c'est comme l'apprentissage d'une nouvelle langue : ça prend du temps, des mois, voire des années, pour atteindre un bon niveau. Ne laissez personne remettre en cause votre statut d'artiste ni dénigrer vos compétences ou efforts !


Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription est confirmée.

Guide gratuit à télécharger

 *En soumettant votre adresse email, vous reconnaissez avoir lu et accepté la politique de confidentialité, où figure le RGPD, relatif aux données personnelles, en bas de cette page. 


Les barrières psychologiques pour s'assumer en tant qu'artiste

repousser-limites

Finalement, les artistes finissent par penser que leur art ne vaut rien. Et c'est un tort ! Apprenez à vous faire confiance, à vous écouter et à ne pas brider votre créativité. Vous êtes le/la mieux placé(e) pour savoir ce qui est bon pour vous.

D'après ma propre expérience, on peut perdre des années à se mettre des barrières psychologiques. Il m'a fallu 10 ans pour réaliser mon rêve de chanter sur scène.

Quand je me suis lancée, je travaillais parallèlement dans un travail où je ne me sentais plus moi-même. J'étais constamment dans le contrôle. Quand j'allais chanter, on me demandait de faire l'inverse. Le chant m'a permis de retrouver mon lâcher prise, et d'exprimer mes émotions. Je suis redevenue vivante, à nouveau. J'ai eu alors la force de quitter tout ce qui ne me rendait plus heureuse : j'ai démissionné de mon emploi. Libérééééée délivrééeeeeee. 

A partir de ce moment, j'ai arrêté de me dire "je pense être une artiste" mais "je suis une artiste".

liberer-l-artiste-qui-est-en-soi
C'est mon parcours de vie. A vous de trouver le déclic qui vous autorisera à être vous-même. Quel que soit votre niveau actuel, vous êtes déjà un(e) artiste dans l'âme. Il vous manque peut-être simplement de la technique ! Sortez de votre zone de confort, formez-vous. Si vous aimez ce que vous faites et qu'en plus, vous évoluez vite dans cette discipline, vous serez tenace comme personne d'autre.

Quand on croit en son art au point de pouvoir transmettre sa sensibilité artistique, d'autres gens finissent par être touchés, et ça, ça n'a pas de prix.

Pourquoi le salariat n'est pas la solution pour vivre de sa passion

L'absence de postes créatifs en entreprise

Un triste constat, mais la plupart des entreprises ne recrutent pas de salariés pour des postes créatifs. Au mieux, elles paient un prestataire pour ce genre de service.

Alors que d'autres peuvent trouver naturellement leur place dans des postes commerciaux, manuels ou techniques, les artistes ont rarement l'occasion de s'épanouir dans leur travail. Imaginez le gâchis de potentiels en France, et ce qu'on pourrait faire en utilisant tous les talents inexploités des artistes !

artiste-mouton-noir

Une situation difficilement supportable pour vous qui êtes artiste, car vous ne savez pas être un(e) simple exécutant(e (vous avez trop besoin de créer) ni un mouton (vous qui n'êtes pas comme tout le monde, vous ne sauriez même pas comment faire semblant...).

Vous êtes un(e) indépendant(e) ! Vous finirez tôt ou tard par vous ennuyer. Ou faire un burn out. Il est peu probable que votre employeur vous propose des tâches créatives ou que vous tombiez sur une annonce dans le secteur artistique, qui corresponde à tous vos critères : lieu, salaire, horaires, compétences.

C'est ainsi que je suis arrivée par défaut dans un service administratif. Puisque j'avais fait un bac littéraire au départ, au moins je rédigerais... des courriers et devis. Outre le manque de gratitude ou d'évolution, l'accomplissement d'un travail de forcenée pour un salaire de misère... savez-vous quelle a été la part de créativité dans mon métier ? Zéro. Pas une seule fois on ne m'a laissé l'occasion de créer quoi que ce soit. Alors que dans ma vie privée ? 100% ! Et vous alors ?

La nécessité pour un artiste d'être indépendant

cherche-artiste

La voie du salariat est basée sur de fausses croyances. Une personne rationnelle serait une personne travailleuse et productive, tandis qu'une personne émotionnelle, serait une personne oisive et peu fiable.

L'art serait donc un loisir en somme, pas un travail ! Rappelez-vous, la plupart des gens ont une pensée rationnelle, donc c'est ce qui leur parait être la bonne voie à suivre : pour certains, c'est même la seule pensée valable, la seule vérité. Ces derniers confondent le secteur que nous visons (les loisirs), avec ce que nous faisons (nous produisons aussi).

Ne gaspillez plus votre temps à essayer de les convaincre de l'utilité de votre art ou de votre envie d'en vivre. Ils ne comprennent pas ce que vous ressentez ni ce que vous faites. Les mentalités n'ont toujours pas évolué depuis que nous avons inventé le cinéma. Heureusement que Thomas Edison, célèbre inventeur et industriel américain, a su voir que "le cinéma serait plus tard l'un des piliers de la culture humaine" et a fait en sorte de le monétiser. En France, la plupart des entreprises ne sont toujours pas prêtes à faire confiance aux artistes, à prendre des risques, exploiter les compétences. On aime rester sur nos acquis, c'est plus sécurisant.

Est-ce que cela veut dire qu'un artiste ne peut pas vivre de sa passion ? Non, simplement que la voie du salariat n'est pas la solution.

Sans pour autant quitter votre emploi, qu'est-ce qui vous empêche d'essayer de créer votre propre métier à côté, en micro entreprise par exemple ? Ce n'est pas pour rien que beaucoup d'artistes se lancent dans des métiers indépendants : photographes, graphistes, peintres, architectes, blogueurs etc... Vous avez le droit d'être heureux(se) et épanoui(e) dans votre travail : pourquoi serait-ce réservé aux autres ? Vous n'avez rien à perdre à essayer.

Apprendre à monétiser son art pour vivre de sa passion

monetiser-son-art

Bonne nouvelle, les comportements d'achats ont grandement évolué, surtout avec internet. Et il y a bien un marché de l'art. Les artistes sont productifs, en même temps qu'ils contribuent grandement aux marques. Il y a des exemples partout sous vos yeux : des logos, des livres, des films et séries, des jeux vidéos, des designs d'objets... Des vêtements au moindre paquet de gâteau, c'est bien nous, tout cela ! Ce n'est pas parce que nous aimons ce que nous faisons, que ce n'est pas un vrai métier. Comme on dit, tout travail mérite salaire !

Et pourtant, les artistes sont souvent sous-payés (quand ils le sont). A trop douter de notre valeur ajoutée, nous donnons aux autres de mauvaises habitudes.

Ne bradez pas vos prix en vendant des ebooks de 100 pages ou plus à 2 €, des cours ou prestations à 10 € de l'heure. Pendant que la plateforme commerciale, elle, n'a pas de scrupules à prendre 10% à 20% de marge, pour une simple mise en relation sur internet ! Ce n'est pas parce qu'il y a de la concurrence, qu'il faut surenchérir à tirer les prix vers le bas. Différenciez-vous plutôt par la qualité de ce que vous apportez, votre plus-value, plutôt qu'en appliquant des prix bas de gamme, qui dévalorisent le travail des artistes.

N'acceptez plus de faire systématiquement du bénévolat quand les personnes qui vous emploient se font de l'argent sur votre travail (ex : événementiel, fête de la musique...). Est-ce qu'il vous viendrait à l'idée de demander à un boulanger une baguette gratuite, par pure gentillesse ? Et croyez-vous qu'il acceptera ? J'en doute. N'oubliez pas qu'être humain ne signifie pas faire dans l'humanitaire.

Vous devez apprendre à vous faire respecter en tant qu'artiste. Que vous vendiez un produit, ou un service, monétisez-le.

Le marché de l'art en quelques chiffres

chiffres-marche-de-l-art

Voici, pour terminer, quelques chiffres en rapport avec le marché de l'art.

Selon le CNC "Centre National du Cinéma et de l'image animée", le chiffre d'affaires des entrées dans les salles de cinéma en France en 2018 s'élève à 1 milliard et 336 millions d'euros environ. Les films vus sont de toutes nationalités, mais majoritairement américains (45,3%) ou français (39,5%). Les ventes de vidéos en France, tous supports confondus s'élèvent à 1 milliard et 120 millions environ, cette même année (toujours selon le CNC). Les supports physiques (DVD, blue ray) représentent 40% du CA, contre 60% pour le numérique (vidéos à la demande, de type Netflix).

On peut observer la notoriété croissante de nombreux one (wo)man show et youtubeurs, ce qui montre qu'il y a beaucoup de comédiens et scénaristes appréciés en France.

Selon le SNEP "Syndicat National de l'Edition Phonographique", le chiffre d'affaires dans l'industrie musicale en France en 2018 s'élève à 735 millions d'euros, tous labels confondus. Et cela ne comprend que les enregistrements, et non les concerts !

Selon le Figaro, le chiffre d'affaires des ventes de livres en France en 2018 s'élève à 146,6 millions d'euros malgré une forte baisse entre 2017 et 2018. Celle-ci affecte surtout les librairies et les hypermarchés car les grandes surfaces culturelles, le marché de la bande dessinée et du livre jeunesse se portent plutôt bien.

Le nombre de visiteurs pour la 39ème édition du salon du livre à Paris a d'ailleurs augmenté de 7% entre 2017 et 2018, ce qui prouve qu'on ne manque pas de lecteurs. En 2018, ils étaient 165 000 visiteurs en 4 jours seulement : les ventes de livres ont également augmenté par rapport à l'année précédente.

vivre-de-sa-passion-croire-en-ses-reves

En conclusion

Le chemin pour s'assumer en tant qu'artiste et vivre de sa passion est long et demande de la ténacité. 

Il y aura toujours des personnes pour vous dissuader de vivre de votre passion, et qui n'y croient pas... Des doutes à surmonter.

Mais c'est votre vie, vos choix. Votre seul frein, c'est vous. Si vous n'êtes pas sûr(e) de pouvoir vivre de votre passion, commencez au moins par vous considérer en tant qu'artiste.

Il y a bien des blogueurs qui arrivent à vivre de leur passion, ou des écrivains. Alors pourquoi pas vous ? Formez-vous, ne lâchez rien. Aucun bout de papier ne vous donnera votre légitimité. C'est à vous de vous en convaincre, et de vous battre pour exister en tant qu'artiste, en construisant votre propre expertise et crédibilité.

Et un jour, un inconnu vous dira peut-être "j'ai adoré ce que tu as écrit". Et ce sera là votre plus grande récompense !

 Alors, est-ce que ça ne vaut pas le coup de le tenter ?

Vous avez aimé cet article ? N'hésitez pas à le commenter, liker et partager !